Le IOTA a été créé en 2014 afin de permettre une application pour « l’internet des objets » (ou « internet of things »). Il s’agit d’une nouvelle crypto-technologie qui facilite les transactions entre les objets connectés présents dans « l’internet des objets ».

Le protocole IOTA permet de se débarrasser des problèmes de frais de transactions et de la scalabilité de la blockchain en se débarrassant, tout simplement, des blocks et de la chaîne.

Pour faire cela, tu dois vérifier deux transactions précédemment effectués par d’autres utilisateurs afin de pouvoir inscrire ta transaction dans le « livre des compte » de IOTA.

Cette méthode de vérification signifie qu’il n’y a plus besoin de mineurs pour permettre la distribution des transactions à travers le réseau. Cela signifie aussi que le IOTA ne va pas être centralisé comme l’est le Bitcoin avec les gigantesques « mining pool » en Chine et en Islande.

Comme les objets connectés présents sur le réseau vérifient aléatoirement deux transactions chacun, ils construisent le consensus à travers les connections du réseau entre les transactions. En cryptographie, ce type de vérification est connu sous le nom de graphe orienté acyclique (DAG en anglais) mais les créateurs de IOTA ont appelé cela la Tangle.

 Pendant que la puissance informatique de la Tangle grossit avec le réseau, le IOTA promet des transactions très rapide et sans frais. Cette cryptomonnaie est aussi conçu pour faire des micro-paiements et des paiements entre machine afin de faciliter l’interaction machine-machine et donc « l’internet des objets ».

Malgré ces belles promesses, la technologie de la Tangle est encore nouvelle et elle n’est donc  pas forcément soutenue par toute la communauté. Malgré cela, en l’espace d’une semaine, le cours du IOTA est passé de $1.27 à $3.33 : cela montre un certain engouement vis à vis du projet IOTA.

Dans cette article, nous allons voir :

  • Comment fonctionne le IOTA?
  • Quel est le plus grand challenge pour le IOTA?
  • Quelles sont les limites du IOTA ?

 

Comment Fonctionne le IOTA ?

 

  •  La technologie derrière le IOTA

L’équipe IOTA a reçu de nombreuses éloges notamment de Microsoft (avec qui elle a obtenu un partenariat) mais aussi de nombreuses critiques pour avoir utilisé une nouvelle technologie pour le développement de sa plateforme. Au commencement, IOTA utilisait sa propre fonction de hachage nommée le Curl pour la preuve de travail et la génération des clés cryptographiques (privée et publique). Cependant, le hachage de la preuve de travail a depuis changer pour une fonction plus traditionnel : le protocole SHA-3. Le IOTA utilise encore la fonction de hachage Curl pour d’autres applications sur la plateforme.

Le IOTA a aussi implémenté la logique ternaire (-1, 0 et 1) à la place de la logique binaire (0 et 1). Utiliser des processeurs avec trois états pourrait permettre une plus grande efficacité pour toute la puissance de calcul du réseau.

Le IOTA travaille aussi en étroite collaboration avec le JINN Labs sur des logiciels pour l’internet des objets connecté qui seront capable de calculer en ternaire.

 

  • Scalabilité : le IOTA n’utilise pas la technologie Blockchain

La Tangle de IOTA va permettre de résoudre le problème de scalabilité qu'a actuellement le blockchain.

 Depuis que le IOTA a planifié d’avoir des milliards de transactions sur leur réseau, les fondateurs ont eu besoin de créer un réseau où la puissance informatique grossit en même temps que la taille du réseau. Pour cela, ils ont créé la Tangle : un système permettant d’obtenir un consensus des utilisateurs où l’objet connecté ou l’utilisateur doit vérifier deux transactions précédentes afin de soumettre la sienne. Pour chaque vérification, le vérificateur doit fournir une petite dose de preuve de travail afin de diffuser la transaction à travers le réseau IOTA.

La Tangle signifie que le consensus est basé sur une vérification du réseau. Chaque transaction est liée à deux transactions vérifiées qui sont chacune liée aussi à deux autres transactions et ainsi de suite…

 

L'explication de le technologie de la Tangle permet de comprendre comment le IOTA fonctionne.
Les rectangles verts sont les transactions validées par le consensus des utilisateurs. Les rectangles rouges sont les transactions dont l’acceptation est incertaine . Les rectangles gris sont les transactions qui sont pas confirmées (par exemple les transactions frauduleuses).

 

Cela résout le problème de scalabilité du réseau utilisant la technologie Blockchain.

Ainsi chaque nouvel objet connecté entrant dans le réseau contribue en fournissant sa puissance de calcul lorsqu’il soumet une transaction. La Tangle élimine aussi le minage de block et tous les tokens IOTA ont été créé lors de la création du réseau. Il y a donc 2’779’530’283’277’761 tokens IOTA présents sur le marché.

  • Pas de frais de transaction : pourquoi l’utilisation du réseau IOTA est gratuit ?

Afin de permettre les micro-transactions, les transactions de IOTA sont sans frais grâce à la technologie Tangle présente derrière le IOTA.

Comme tu contribues à la puissance de calcul du réseau lorsque tu souhaites soumettre une transaction, le coût d’utilisation est seulement le coût de l’électricité dont tu as besoin pour vérifier les deux autres transactions précédemment présentes sur le réseau IOTA. La Tangle permet au IOTA d’opérer sans frais financier et donc cela signifie aussi que le réseau est même encore plus décentralisé que les réseaux utilisant la blockchain. Avec la blockchain, le réseau est décentralisé à travers tous les mineurs présents sur la blockchain alors qu’avec la Tangle, le réseau est décentralisé à travers tous les participants du réseau.

L’absence de frais de transactions est un objectif essentiel pour le IOTA afin de permettre l’internet des objets avec les objets connectés. Ces objets connectés vont être amenés à réaliser des transactions en fraction d’euro et avec une forte fréquence : c’est à dire des micropaiements.

Les frais de transactions rendraient les micropaiements impossible.

Dans le but d’être le noyau de l’interaction machine-machine, il est donc nécessaire pour le IOTA d’être sans frais de transactions.

 

Quel est le plus grand challenge pour le IOTA ?

 

  •  Le paiement Machine-Machine

Le IOTA peut permettre aux objets connectés d'interagir entre eux afin de créer ce qu'on appelle "l'internet des objets".

L’internet des objets devient une industrie de plus en plus importante dans l’économie mondiale.

Des entreprises sont en train de créer des caméras, des capteurs et des autres objets connectés afin de surveiller les conditions présentes dans les hangars, les voies d’expédition, les boutiques et les maisons

D’après une enquête de marché publiée par Business Insider, l’internet des objets grossiraient à 34 milliards d’objets connectés en 2020 et je pense que cette croissance sera exponentielle dans les années à venir.

La vision de IOTA est d’être une plateforme pour les transactions entre machines. Les fondateurs de IOTA ont commencé cette entreprise après avoir travaillé dans le domaine de « l’internet des objets » et ils peuvent légitimement affirmer que pour obtenir un « internet des objets » utile, les objets connectés présents dans le réseau doivent partager et distribuer les ressources efficacement.

Cela signifie que ces objets connectés ont besoin d’être capable d’acheter davantage d’électricité, de débit, de stockage ou de données lorsqu’ils en ont besoin et de pouvoir vendre ces ressources lorsqu’ils en ont pas besoin.

Donc même pour un réseau relativement petit, il faut potentiellement des dizaines de transactions par seconde pour que les objets connectés puissent communiquer et utiliser les ressources cités au-dessus. Avec autant de transactions pour un petit réseau, les fondateurs de IOTA pensent que la technologie de la blockchain n’est pas adéquate pour l’application dans l’internet des objets à une échelle beaucoup plus grande.

Le réseau Blockchain a de nombreux problèmes pour sa scalabilité (il suffit de voir le débat du fork SegWit2x du Bitcoin) et cela conduit avec une augmentation des frais de transaction afin de récompenser le travail des mineurs. Le but de IOTA est de résoudre ce problème de scalabilité et de frais de transactions avec le nouveau réseau présentés dans les deux parties précédentes. Le but est de permettre à des milliards d’objets connectés de pouvoir l’utiliser.

 

Quelles sont les faiblesses et les limites du IOTA ?

 

  •  L’attaques des 34% et le « coordinateur »

 Si tu connais le fonctionnement de la Blockchain, tu dois sûrement savoir que la blockchain est vulnérable si une personne ou un groupe possède 51% de la totalité de la puissance de calcul du réseau. Théoriquement, si cela arrive, il lui serait possible de créer et de diffuser de fausses transactions à travers le réseau.

Pour le IOTA qui utilise la Tangle pour vérifier ses transaction, cette vulnérabilité est atteinte lorsqu’un acteur contrôle 34% de la puissance totale de calcul du réseau.

Cependant, la difficulté de pouvoir faire cette « attaque des 34% » contre le IOTA ne doit pas être sous-estimé. Depuis que le IOTA est devenu un réseau très complexe composé de nombreux nœuds (ou utilisateur), tu dois déjà trouver le noyau de ce réseau afin de pouvoir prendre 34% de la puissance totale de calcul.

Le moment critique pour ce type d’attaque est le début de l’implémentation du IOTA, c’est à dire maintenant. Le IOTA a été créé qu’en juin 2014, il est encore très jeune. Cela signifie que le réseau est encore petit, avec peu de nœuds et donc il plus facile pour l’attaquant d’obtenir 34% de la puissance de calcul du réseau. Pour combattre cette menace, le IOTA utilise un « coordinator » pour permettre à la Tangle de ne pas être compromise. Le « coodinator » va envoyer des transactions nulles sur le réseau afin que les nœuds puissent vérifier deux transactions pour soumettre leur transaction.

Ce « coordinateur » est là afin de sécuriser le début du IOTA, les fondateurs ont prévu de l’éliminer lorsque le réseau sera assez grand pour se protéger lui-même contre les « attaques des 34% ». Cela signifie que la plateforme IOTA sera totalement décentralisée après cela. Comme le IOTA a encore un futur encore plus incertain que le bitcoin, si tu décides d’investir dedans, il est nécessaire que ait confiance dans la fondation IOTA et leur projet de développement.

 

  • Les critiques faites au IOTA

 De nombreux crypto-experts se demandent si le IOTA pourrait être un plateforme viable. C’est une combinaison de nombreuses nouvelles technologies. Il est ainsi difficile de croire qu’il n’y a aucune faiblesses ou erreurs dans l’implémentation du IOTA. La technologie derrière le IOTA n’a pas été assez testé afin de connaître si elle pourrait fonctionner à une plus grande échelle et comment elle pourrait gérer les différentes attaques contre le réseau. Ce manque de test et de réexamination est la plus grosse critique qui pourrait être faite au IOTA.

De plus, au début de l’année, le MIT et l’université de Boston ont perturbé le IOTA lorsqu’ils ont publié une article très critique envers lui concernant les failles de sécurité de sa fonction de hachage Curl. Cette fonction a été créé par les fondateurs du IOTA. L’idée de créer sa propre fonction de hachage cryptographie pour sa propre monnaie n’est pas forcément bien vu de la part de la crypto-communauté et des crypto-experts. Les bons procédés cryptographiques prennent des années à être développer, tester et réexaminer. L’algorithme SHA-3 utilisé par les développeurs de IOTA a pris 9 ans pour être créer et donc les crypto-experts ont montré une certaine réticence envers les développeurs de IOTA qui ont choisi de créer leur propre procédé cryptographique au lieu de prendre des procédés cryptographiques standards comme la fonction de hachage SHA-256 du bitcoin. Cela a créé une certaine instabilité pour la valeur du token IOTA même si on voit une forte hausse ces dernières semaines.

Ce graphique du cours du IOTA nous montre bien les perturbations de la publication du MIT et de l'université de Boston vis à vis de la technologie utilisé par IOTA.

Il est, tout de même, facile d’oublier que toute nouvelle technologie passe à travers différentes difficultés et failles qu’il faut surmonter. Le bitcoin a dû passer à travers le scandale de l’exchange Mt. Gox, et l’Ethereum celui du piratage de DAO. Pendent que la technologie derrière le IOTA va certainement changer pour devenir encore plus performante, l’architecture du IOTA et le background des personnes travaillant à son développement sont des éléments clés à prendre en compte si tu souhaites investir dans le IOTA.

Pour terminer cette article, tu peux te rendre compte que la cryptomonnaie IOTA utilisent une technologie à fort potentiel.

Si ce pari réussi, la Tangle pourrait devenir le concurrent principal à la technologie blockchain pour les transactions et pour les micro-transactions de marché de « l’internet des objets qui sont en plein essor.

Cependant, on ne possède pas encore assez de recul pour savoir si cette technologie peut être viable à plus long terme. Ainsi ta décision d’investir dans le IOTA devra se baser sur la confiance que tu donnes au projet et à ses fondateurs : penses-tu que le IOTA sera le moyen d’échange utilisé par les machines ?

Personnellement, je pense que la tangle de IOTA pourrait être la prochaine grande avancée dans les procédés cryptographiques. Actuellement, c’est la seule cryptomonnaie où il est possible d’avoir une vision de l’interaction envisageable entre objets connectés.

 

N’oubliez de partager l’article 🙂

Cet article vous a plu ?

Laissez un commentaire pour me donner votre avis et pour permettre de m’améliorer.


Leave a Reply

Your email address will not be published.