Les cryptomonnaies ont le potentiel de changer les vies des personnes les plus pauvres présentes dans notre monde. Elles peuvent améliorer leur vie en aidant les résidents des pays en développement a participé à l’économie mondial et a échappé à la pauvreté.

Hyperinflation, pauvreté, manque de travail, manque d’accès aux banques et pauvre accès aux marchés financiers sont les problèmes que les altcoins peuvent aider les populations des pays en développement à résoudre.  Cela pourrait être possible en donnant à tout le monde l’accès aux services financiers et au secteur bancaire à travers la blockchain.

Actuellement, il y a de nombreux entrepreneurs, économistes, humanitaires et banquiers qui pensent que la combinaison cryptomonnaie et téléphone portable donnera aux personnes pauvres l’accès à l’économie mondiale.

 

Comment la cryptomonnaie et téléphone portable peuvent libérer les populations pauvres ?

 Plus de 10 milliards de dollars d’argent fut déposés et retirés à travers M-Pesa peer-to-peer app au Kenya entre juillet et septembre 2016 a rapporté Mobile World Live. Fourni par Safari.com, M-Pesa avait, l’année dernière, 20.7 millions d’utilisateurs seulement au Kenya.

De nombreuses entreprises sont en train d’essayer de répliquer le succès de M-Pesa en offrant des services financiers en cryptomonnaies à travers différentes applications mobiles. Une entreprise, nommée MicroMoney, affirme avoir fait environ 40’000 prêts aux populations vivantes au Cambodge, en Thailande, en Indonésie, au Sri Lanka en utilisant la technologie blockchain. D’ailleurs, il existe une application mobile sur le Google Play.

L’objectif de MicroMoney est de permettre la disponibilité de services bancaires traditionnels comme les prêts à 2.5 milliards de personnes non bancairsées. Les non bancarisés n’ont donc pas de compte en banque et peuvent vivre à des centaines de kilomètres d’une banque, mais ils ont tout de même besoin d’argent.

Les entreprises comme MicroMoney et Nebeus espèrent pouvoir leur fournir cela grâce au téléphone mobile que de nombreuses personnes non bancarisées possèdent. Ce téléphone mobile est le seul outil nécessaire pour le permettre de participer au monde des cryptomonnaies et à l’économie mondiale. Nebeus planifie d’offrir des prêts en cryptomonnaies aux non bancarisés. Il te sera possible de prêter de l’argent à des personnes non bancarisées qui te rembourseront selon tes conditions (délai de paiement, taux d’intérêt, montant). Il te sera également possible de choisir la personne à qui tu souhaites prêter de l’argent selon sa réputation : si une personne non bancarisée a fait un emprunt auparavant et l’a remboursé sans inconvénient alors il gagne des points de réputation. Et à l’inverse, s’il y a eu des problèmes dans les remboursements, la personne perd des points de réputation.

Ainsi, il t’est possible de choisir ton profil de personnes à qui tu souhaites prêter de l’argent. Par exemple, si il s’agit d’un profil plus risqué, il t’est possible de demander à taux d’intérêt plus élevé.

Grâce à Nebeus, les personnes non bancarisées habitant dans les pays en développement pourront faire des emprunts en cryptomonnaies.

Aider les non bancarisés pourrait valoriser les femmes : selon la banque mondiale, 55% de la population mondiale non bancarisée sont des femmes. Sans compte bancaire, cette population ne peut pas faire d’emprunt bancaire, acheter une maison, épargner, créer des entreprises sur internet et recevoir des paiements de la part du gouvernement comme les allocations par exemple.

 

Valoriser les hommes et femmes d’affaires

 Une autre entreprise essayant d’obtenir le même succès que M-pesa est BitPesa, qui est conçu pour aider les importateurs du Kenya, Nigéria, Tanzanie et Ouganda à recevoir des paiements de ou envoyer de l’argent vers l’Europe, la Chine et les Etats-Unis.

BitPesa affirme avoir 6’000 utilisateurs dans plus de 85 pays. L’entreprise affirme aussi avoir fait plus de 17’000 transactions grâce à la blockchain.

L’objectif est d’encourager l’entreprenariat en permettant aux hommes et femmes d’affaires de recevoir des paiements en différents monnaies. Bitpesa est en train d’essayer supprimer un des plus grands obstacles à l’entreprenariat dans les pays en développement : le manque d’accès au banques.

BitPesa a pour objectif de permettre aux personnes habitant dans les pays en développement de pouvoir avoir accès aux banques.

Les habitants non bancarisés des pays en développement sont souvent incapable d’entrer dans l’industrie de l’import-export parce qu’ils n’ont aucun moyen de convertir leur monnaie en monnaie plus largement accepté pour le commerce mondial comme l’euro ou le dollar américain par exemple. Ainsi, cela rend impossible pour les entrepreneurs de faire des paiements, payer les fournisseurs et les équipementiers et de recevoir des prêts.

Cependant, BitPesa et les solutions comme TenX, qui sont conçus pour convertir de nombreux altcoins en monnaies fiduciaires ( euro, dollars…), peuvent résoudre cela. L’avantages de la wallet TenX est quelle est supposée venir avec une carte de crédit Visa permettant ainsi d’obtenir l’accès au crédit. Les commerçants utilisant TenX pourraient être capable de recevoir des paiements de la part de toutes les cartes Visa et donc de  faire croitre leur entreprise.

En utilisant les cartes Visa de TenX, les populations des pays en développement vont pouvoir avoir accès au crédit et pouvoir faire croitre leur entreprise.

Un autre avantage de ces systèmes comme BitPesa est qu’ils envoient l’argent directement aux populations habitants dans les pays en développement, sans passer par les bureaucrates et les humanitaires. Les aides humanitaires traditionnelles sont souvent volés par des gouvernements corrompus ou sont fournies à seulement certaines personnes comme les leaders des populations pauvres qui ne partagent pas à l’ensemble de leur communauté.

De plus, ces solutions peuvent aussi mettre l’argent dans les poches de populations locales qui dépenseront cela chez les commerçants locaux. Les bénéfices à long terme pourront être la création de travail et donc une plus grosse collecte d’impôt de la part des Etats qui pourront fournir plus d’argent pour construire des écoles et des routes.

 

Comment l’Ethereum peut aider les réfugiés ?

Même le Programme alimentaire mondial de l’ONU est en train d’utiliser les cryptomonnaies pour aider les pauvres. Selon Market Mad House, le programme commença en utilisant l’Ethereum pour envoyer des fonds à 10’000 réfugiés en Jordanie en Mai 2017.

Le directeur financier du programme, Houman Haddad espère utiliser l’Ethereum pour envoyer des paiements à plus de 500’000 réfugiés en 2018. Le premier paiement en ether a été envoyé comme un test. Cependant, dans le futur, l’ONU planifie de commencer à faire des paiements directs en cryptomonnaies.

Le programme alimentaire mondial de l'ONU qui a pour but de réduire la famine dans les pays en développement a commencé à utiliser l'Ethereum pour envoyer de l'argent aux réfugiées.

L’ONU est en train d’expérimenter avec l’Ethereum comme témoin car il pourra faire des versements directs en cryptomonnaies grâce aux applications sur les téléphones mobiles. De nos jours, de nombreux réfugiés disposent de téléphones portables mais n’ont pas accès aux banques. Paramétrer une tour d’émission pour les téléphones portables pourraient être moins cher et plus rapide que les efforts nécessaires pour changer le système de distribution des aides humanitaires traditionnelles. Une autre utilisation de l’Ethereum est de payer les vendeurs locaux qui fournissent les services et les ravitaillements du programme de l’ONU.

 

Surmonter l’inflation

 Les cryptomonnaies peuvent résoudre un des plus gros problèmes que les populations des pays en développement doivent faire face : l’inflation. Dans ces pays, les personnes sont pauvres car leur argent possède une faible valeur. Des gouvernements corrompus ou incompétents peuvent rendre la monnaie sans valeur simplement en en imprimant plus qu’il y n’en faut.

C’est le cas du Venezuela qui est actuellement en train de souffrir d’une inflation de 1’600% grâce aux politiques monétaires du président Nicholas Maduro : on peut même parler d’hyperinflation.

Sous le régime de Maduro, la monnaie vénézuélienne, le Bolivar, a très peu de valeur. Par exemple, le prix d’un Big Mac à McDonald’s équivaut à la moitié du salaire mensuel.

Selon Bloomberg, le taux d’inflation au Venezuela a atteint 500% en décembre 2017. Il y aussi d’autres données qui indiqueraient que l’inflation au Venezuela pourrait atteindre les 4’000%.

Le Venezuela, pays en développement, souffre depuis des années d'un taux d'inflations excessifs qui rend sa monnaie locale, le Bolivar, de moins en moins valorisé.

Cependant, selon The Atlantic, des milliers de vénézuéliens ont trouvé un moyen d’échapper à l’hyperinflation et aux politiques de Maduro, en minant du Bitcoin. Ils utilisent le coût d’électricité très faible du vénézuela pour pouvoir miner et récolter des bitcoins provenant de la blockchain. Ainsi, ils obtiennent une monnaie qui actuellement prend de la valeur en remplacement du Bolivar qui perd chaque jour de plus en plus de valeur.

Les mineurs de Bitcoins peuvent gagner environ $500 par mois, ce qui représente une véritable fortune au Venezuela. C’est assez d’argent pour nourrir une famille et acheter des biens de première nécessité comme les médicaments et les couches pour les bébés. Plus important encore, les vénézuéliens peuvent acheter des biens sur internet avec du Bitcoin ou utiliser leurs bitcoins pour acheter des cartes cadeaux Amazon pour acheter ce dont ils ont besoin.

C’est donc sans surprise, que toutes sortes de personnes incluant les politiciens, les agents de police et les professeurs sont en train de miner du Bitcoin. Même les mesures répressives policières seraient incapables de stopper le minage de Bitcoin et d’Ethereum au Venezuela, tellement que cela a pris de l’ampleur. Le minage d’Ethereum devient de plus en plus important au Venezuela puisqu’il est plus facile et ne requiert pas d’équipements informatiques spécifiques (ASIC) comme le requiert le minage du Bitcoin.

Maintenant, quelques économistes pensent que le minage de cryptomonnaies est la seule chose qui pourrait permettre le redressement de l’économie vénézuélienne. Même les mesures répressives policières encouragent le minage puisque les policiers corrompus confisquent les appareils de « forage » du bitcoin et les utilisent pour gagner de l’argent pour eux-même.

 

Remplacer les systèmes financiers corrompus

Une autre utilisation des cryptomonnaies dans les pays infestés par l’inflation est l’épargne. Selon Quartz, environ 37% des utilisateurs de BitFinance au Zimbabwe utilisent leurs bitcoins comme compte d’épargne.

Le Bitcoin est utilisé comme épargne car il est moins vulnérable à l’inflation du dollar Zimbabwéen. Dans ce pays, peu de personnes ont encore confiance dans la monnaie nationale : en 2009, le pays a souffert d’un taux d’inflation de 500 milliards de pourcent après la crise des subprimes, ce qui a rendu la monnaie presque sans valeur.

Cette effondrement du système financier du Zimbabwe rend plus facile l’adoption des cryptomonnaies comme une monnaie alternative à la population. Des autres observateurs ont notés des développements similaires dans de nombreux autres pays africains.

Au Nigéria et en Afrique du Sud, les activistes et les traders locaux pensent que les cryptomonnaies pourraient démocratiser l’économie en fournissant à leur population un accès à l’argent liquide, selon Lorenzo Fioramonti de l’université de Pretoria. Fioramonti commença à s’intéresser aux cryptomonnaies lorsqu’il a découvert que ses étudiants sud-africains les utilisaient.

Les réseaux décentralisés sont « pair-à-pair », ce qui signifie que l’argent transite directement d’une personne à une autre sans intermédiaire. Cela rend plus facile à la population d’échapper au contrôle des gouvernements corrompus et plus dur aux autorités de voler ou de saisir leur argent.

Fioramonti pensent qu’il y aura une très grande variété de cryptomonnaies dans le futur et que ces cryptomonnaies seront juste de nombreux moyens d’échange, disponibles pour les pays en voie de développement. Il pense également que les solutions pair-à-pair comme les cryptomonnaies conduiront à une économie meilleuire et plus ouverts aux pays pauvres et en voie de développement.

 

Rendre plus facile l’envoi d’argent

Une autre façon pour les cryptomonnaies de pouvoir aider les pays en développement est de rende plus facile pour les immigrants d’envoyer de l’argent à leur famille resté dans leur pays d’origine.

Coins.ph veut essayer de changer le système d'envois de fonds actuels. Pour cela, ils vont permettre aux personnes souhaitants envoyer des fonds dans leur pays en développement de le faire grâce aux cryptomonnaies.

Selon les estimations de FocusEconomics, des habitants des pays développés, souvent des immigrants, envoient environ 26 milliards de dollars par an d’envois de fonds à leurs amis et à leur famille restée au pays. Beaucoup d’argent est « gâché » car le processus est coûteux et très fastidieux.

De Paris en Afrique du Sud, pour celui qui veut envoyer de l’argent à sa famille, il lui est nécessaire d’aller à une société de transfert d’argent comme Western Union par exemple. Il lui sera alors obligé de payer des frais pour pouvoir faire son transfert. Pour que sa famille reçoive l’argent, elle devra aller à une autre société de transfert d’argent et prendre l’argent en argent liquide. Cependant, les deux magasins et le réseau qui les connecte ensemble va charger le prix du transferts par des frais relativement élevés (allant jusqu’à 20% pour certains pays), ce qui va faire augmenter considérablement le coût du transfert d’argent.

De plus, cela peut être très dangereux pour la mère de famille qui va aller chercher l’argent car des personnes mal intentionnées pourraient lui voler l’argent sur le chemin du retour. Les criminels, connaissant les personnes allant chercher de l’argent liquide aux offices de transfert d’argent, pourraient les attendre et les agresser pour leur dérober leur argent.

Mais ce qui est encore plus important, c’est que le fils qui est à Paris ne peut pas envoyer de l’argent rapidement à sa mère s’il y a une urgence : le processus d’envoi est très long. De plus, si la maman ne peut pas marcher pour aller au magasin pour retirer l’argent, elle ne pourra pas obtenir l’argent. Cela signifie que les fonds ne seront pas disponibles si elle est malade ou handicapée.

Selon Forbes, les entreprises comme Coins.ph essayent de changer cela en construisant des systèmes conçus pour permettre aux personnes d’envoyer des cryptomonnaies partout dans le monde à travers la blockchain.

A la date de l’article de Forbes, Coins.ph a attiré plus d’un million d’utilisateurs et a établi un réseau de plus 22’000 distributeurs à travers les Philippines où la société est basée.

 

Faire que les envois de fonds servent les populations à la place des banques

En utilisant des systèmes comme Coins.ph, le fils de Paris pourrait être capable d’envoyer de l’argent à sa maman juste en appuyant sur un bouton. La maman obtiendra l’argent en instantané sur son téléphone mobile et donc sans avoir à faire le chemin périlleux décrit précédemment.

D’autres entreprises opèrent dans des locations plus régionales. Satoshi Citadel Industries (SCI) a ciblé le marché d’envoi de fonds des Philippines avec leur produit Rebit. Des centaines de milliers de philippins travaillent de l’autre côté de l’océan comme par exemple aux Etats-Unis et en Chine.

SCI et son concurrent Toast servent les philippins qui travaillent à Hong Kong et à Singapour. Toast permet à ses utilisateurs d’envoyer et de recevoir de l’argent à travers une application mobile et sans compte bancaire. Ce qui est inestimable pour les philippins vivant à des centaines de kilomètres de la banque la plus proche.

Toast va permettre aux immigrants d'envoyer des fonds dans es pays en développement à des frais faibles grâce aux cryptomonnaies.

L’autre avantage de Toast est le faible coût de ses frais de transfert. La société affirme fournir des frais qui sont 86% plus faible que les frais de transfert bancaires. Cela peut donner aux personnes envoyant des fonds à leur famille une augmentation de leur revenu en éliminant les frais élevés de transfert.

Les cryptomonnaies peuvent aussi aider les personnes qui font des envois de fonds en les aidant à obtenir plus de leur argent. Souvent, les envois de fonds perdent beaucoup de leur valeur quand ils sont convertis d’une monnaie de pays développés ayant plus de valeur (dollars, euro…) en monnaie locale ayant beaucoup moins de valeur.

Les fonds laissés en cryptomonnaie ne perdront peu voire peu de valeur ou ne seront pas sujettes aux transferts bancaires et autres frais. Les cryptomonnaies pourraient donner la possibilité aux habitants des pays en développement de stocker leur compte digital sur le cloud et ainsi avoir accès à leur fonds seulement avec un téléphone portable.

 

Réduire la pauvreté dans le 21ème Siècle

 Tous ces points pourraient être les effets les plus important et innovants de la cryptomonnaie. Elle pourrait apporter un large pourcentage de personnes pauvres dans le 21ème siècle en leur permettant de participer à l’économie mondiale.

Grâce aux cryptomonnaies, des centaines de millions de personnes pourraient être capable d’épargner de l’argent, gagner des intérêts, investir, commencer des entreprises, emprunter de l’argent ou envoyer de l’argent à leurs amis et à leur famille pour la première fois. L’effet de cela sera énorme. Cela pourrait conduire à des millions de nouveaux business et un vaste montant de richesse créée grâce aux cryptomonnaies et à la blockchain.

 

N’oubliez de partager l’article 🙂

Cet article vous a plu ?

Laissez un commentaire pour me donner votre avis et pour permettre de m’améliorer.


Leave a Reply

Your email address will not be published.